top of page
Rechercher
  • VOIX DU NORD

Des peines disparates qui plongent la famille de l’octogénaire villeneuvois dans l’incompréhension

Jeudi, les avocats des quatre hommes accusés d’avoir frappé à mort un octogénaire à Villeneuve-d’Ascq ont plaidé. Les jurés ont rendu un verdict ce vendredi soir, peu lisible pour les parties civiles.



Mathilde Francois a défendu « la tête d’affiche du dossier » selon elle, celui que tous ont accusé d’être le leader du groupe. LA VOIX DU NORD / PHOTO LUDOVIC MAILLARD - VDNPQR


« Ils avaient la conviction qu’il n’y aurait personne, que ça allait bien se passer. Et ça a dérapé. »


L’avocat de Lyubomir Georgiev est le premier à plaider pour la défense des hommes qui sont entrés au 10, rue des Teinturiers, le 12 novembre 2014. Me Charles-André Lefebvre présente son client comme « un petit voleur » dont la tête a tourné après un cambriolage chez Romain Burak, fils des victimes, quatre mois avant. Il précise : « Lyubomir arrive après les autres. » Et s’il fallait une preuve qu’il n’a frappé personne : « Il y avait des bribes de tissus sur le scotch qui a bâillonné Mme Burak, Lyubomir n’avait pas de gants. » Jusqu’aux aveux de Plamen Ivanov au cinquième jour du procès, Lyubomir a chargé Shibil Yordanov : « Il voulait sauver Plamen, son frère. » La cour l’a condamné à 18 ans de prison.


Pendant les quatre ans d’instruction, Shibil Yordanov n’a bénéficié d’aucune solidarité dans le groupe. « Tous les autres l’ont accusé, plaide à son tour Me Mathilde François. Il a la tête de l’emploi. Mais après les aveux de Plamen, on comprend qu’il n’a pas menti. » Pour l’avocate, condamner son client à 30 ans de prison c’est « ajouter du malheur au malheur ». Il a été condamné à 16 ans d’incarcération.


Celui qui a fait basculer le procès mercredi, Plamen, était défendu par Me Tiffany Dhueige qui a dit « regretter qu’il ait été le seul à franchir le pas ». L’avocate a répété qu’il n’avait « pas d’intention de tuer ». Elle a qualifié les réquisitions de l’avocate générale de « sévères » et cité des réquisitions pour meurtre avec préméditation plus clémentes. « 25 ans ! Il sortira à 55 ans. Je vous demande de lui laisser un coin de ciel bleu. » Il écope de 20 ans d’incarcération.


Le dernier à prendre la parole a été Me Patrick Lambert pour Dimcho Rangelov. D’emblée, il avoue que le procès a été compliqué pour lui à cause du positionnement évolutif de son client. « C’est le plus influençable, il n’incarne pas le leader, c’est un suiveur . » Pour l’avocat, la mort de la victime n’est pas due au bâillon posé par son client mais aux coups reçus. Me Lambert rappelle que Dimcho a fait « preuve d’empathie pour les victimes » et qu’il a exprimé des regrets. Lui aussi a été condamné à 20 ans de prison. Tous les hommes sont interdits du territoire français.


Quand aux deux femmes. Yordanka Vasileva, qualifiée d’instigatrice de l’opération, est condamnée à 12 ans de prison. Tandis que Julia Borisova écope d’une peine de 5 ans dont deux avec sursis. Autant de condamnations que les parties civiles ont bien du mal à comprendre. Les deux femmes n’ont pas reçu d’interdiction de territoire.

23 vues0 commentaire

Comments


bottom of page